Prose et Poésie
Des mots pour adoucir les jours, des mots pour
guérir des maux, des mots pour exprimer la
douleur, des mots qui viennent du coeur, des
mots pour vous.

Bonne lecture
Elle Passe

Elle passe dans la vie comme une eau de rivière
Comme le vol d'un oiseau, comme une brise matinale
Comme une feuille d'automne, comme un nuage au vent
Comme une poussière de lune, elle est bien éphémère

Elle ne parle qu'aux oiseaux et puis aux animaux
Évite la race humaine qui en veut beaucoup trop
Elle aime sa solitude,la vit même dans la foule
Elle ne court pas les rues, elle reste dans sa bulle

Elle passe dans la vie comme une eau de rivière
Comme le vol d'un oiseau, comme une brise matinale
Comme une feuille d'automne, comme un nuage au vent
Comme une poussière de lune, elle est bien éphémère

Son esprit est ailleurs dans un lieu idylique
La vie sur terre l'inquiète, l'abat et puis la draine
Elle est un ange violé qui est à bout de souffle
Et qui veut s'envoler dans un pays lointain

Elle passe dans la vie comme une eau de rivière
Comme le vol d'un oiseau, comme une brise matinale
Comme une feuille d'automne, comme un nuage au vent
Comme une poussière de lune, elle est bien éphémère

Lorsque pendant la nuit, la vie l'arrachera
Au long fil des journées, tissées par les années
Ni vue, ni même connue, elle continuera
Sa route de solitaire vers un ailleurs meilleur

Elle passe dans la vie comme une eau de rivière
Comme le vol d'un oiseau, comme une brise matinale
Comme une feuille d'automne, comme un nuage au vent
Comme une poussière de lune, elle est bien éphémère


                                                Christiane Doré
Ainsi Vogue l'Amour

Un vaisseau passe
Dans le fleuve tranquille de la vie
Il est grandiose et paré des plus beaux ornements
À l'intérieur,
l'embrasement d'une âme
Il est tout ce qu'il y a de plus beau

On le regarde, on l'admire, on l'aime
On le retient un peu pour se ressourcer à son feu
On voudrait faire partie du voyage
Mais l'incertitude de la destination
Nous retient à notre port d'attache

Une fois passé, il ne reviendra pas
Il partira vers un autre ailleurs
Avec un deuil en plus
À la conquête de son Graal
L'amour rempli de plénitude
De transparence, de transcendance et de liberté

La résipiscence gagnera peut-être
Elle habitera le coeur
Fera regarder la vie
Avec l'impression
d'avoir manqué
Une odyssée magnifique

Mais le confort de la certitude
Aura tôt fait
De faire oublier
Le passage du vaisseau et de sa magnificence
Sans même penser
Qu'il n'atteindra
Peut-être jamais
son port.

                             Christiane Doré, 2000
De t'Avoir Aimé

De t'avoir aimé, un puissant vent de glace
a enveloppé mon corps, mon coeur et mon âme
d'un incommensurable étendard de toile
indétissable et portant les couleurs de ton nom

De t'avoir aimé, les barreaux d'une prison
se sont érigés tout autour de ma jeune vie
rendant mes moments de joie, tristes et laconiques
m'isolant ainsi de ce plaisir de vivre

De t'avoir aimé, ne reste que la peine
de me reconstruire et puis de me redécouvrir
Pour continuer une vie qui jusqu'à ta rencontre
était remplie d'amour, de paix et de sérénité

De t'avoir aimé, ne me reste que la pensée
que l'amour n'est qu'une misérable illusion
de savoir  que nous puissions être toujours deux
dans un monde qui abuse sans se demander

           
 Christiane Doré 2006
Douce Saison

Voilà que les crocus et les blancs perce-neiges
Forent cette large masse souillée par l’air
D’une ville restée longtemps  dans un piège
Sous les bancs de ce blanc glacial et austère

Alors que les hurle-vents font leur révérence
Le sublime ramage des si beaux oiseaux
Resté muet depuis les longs mois hivernaux
Ressuscite avec toute sa magnificence

Et les vents de cette saison longue et si rêche
Cèdent leur place à cette voluptueuse brise
Qui de son suave souffle nous fait la bise
Et nous étreint de toute sa force si fraîche

Bientôt les bourgeons des arbres se déploieront
Sur les branches demeurées trop longuement grises
Revêtant  ces colosses de leur robe exquise
Verte, dans toute sa myriade de tons

Puis la flore exhalera toutes ses fragrances
Elles embaumeront cette atmosphère qui danse
Revenue pour le grand plaisir de tous nos sens
Qui avaient été endormis dans une transe

Ô Printemps, Ô belle et divine renaissance
Paré de tes couleurs et de tous tes parfums
Dans toute ta splendeur tu nous fais tes avances
Pour l’ultime exaltation de tous et chacun


                              Christiane Doré, Mai 2009